Suis-je un serial killer en devenir ? L’ais-je réellement tué ? Puis-je changer mon destin ? Suis-je devenu fou ? Qui sont ces voix dans ma tête ?

Hamilton ? Albert ? Michael ? Un ange ? Du sang ? Qu’ai-je fait !

The family

Cela fait maintenant quelques minutes que je suis plongé dans ce chaos, dans la peau d’Hamilton, je ne comprends pas tout, je prends mes pilules, mon cœur se calme, ma vision est de moins en moins floue, je sors d’une cabane en bois, je vais voir ma mère, elle me demande de donner son médicament à mon père, je ne veux pas.

J’y vais, je lui donne, il me frappe, j’entends à nouveau des voix, je ne sais plus quoi penser. Je vais voir mon frère, il est dans une camisole de force. Il menace de me manger le cœur si je j’enlève sa muselière, comment as-t-il pu devenir ainsi ?

Un petit garçon m’attend dans le jardin, il m’appelle, je l’entends, j’y vais. Il se nomme Albert. Il me parle d’un ange nommé Michael, que je pourrais trouver dans la forêt, mais aussi d’un gardien. Il me faudra donner le mot de passe au gardien, sous peine de mourir. Quel est ce mot de passe ? Je n’en ai aucune idée, et le garçon nommé Albert m’explique que je saurais quoi dire, je commence à avoir peur.

Je m’en vais, une lettre est arrivée sur mon bureau, elle provient d’Hamilton, il me regarde jouer, il veut découvrir quel genre de personne je suis.

Dois-je continuer ? Dois-je arrêter ? Que se passe-t-il ? Suis-je devenu fou ?

The Friends

Albert est parti, alors je suis parti dans les bois, j’ai rencontré le gardien, et lui ai donné la suite de chiffres inscrits sur l’arbre à l’arrière de la maison. Cela a fonctionné, mais je n’ai aucune idée de ce que cela veut dire.

Albert est là, il me demande d’aller parler, à Michael, l’ange, qui se tient près de lui. J’y vais, il ne ressemble pas à un ange, mais j’écoute ce qu’il a à me dire.

Il m’effraie, il a un message à faire passer à mon père, cela me fait encore plus peur, ce dernier me tuera si je le dérange. Michael ne m’a pas dit les mots que je devrais dire, je dois trouver par moi-même le message, mais qu’est-ce donc ?

Une jeune fille sans visage se tient à côté de lui, elle s’appelle Grace, elle m’offre des épingles, dans quel but ? Je ne le sais pas encore. Je retourne parler à Albert, il me dit que nous sommes connectés, par le sang et l’esprit, mais comment ?

Je décide de m’en aller, les voix dans ma tête me disent que nous sommes suivis, je continue mon chemin, une horrible bête est apparue, les voix me disent d’utiliser les épingles. J’en enfonce une au creux de ma main, le monstre a disparu.

The Message

Je suis rentré à la maison, ma mère était là, elle me dit que mon père s’occupera de moi pour être parti. Je lui dis que j’ai rencontré un ange, elle m’explique qu’elle aussi a eu un message à délivrer à mon père. Elle me prévient aussi que si je le fais, « Elle » me fera du mal. Mais qui est cette mystérieuse « Elle » ?

Je suis allez voir mon frère pour qu’il m’aide dans cette tâche, il m’a ri au nez, et m’a avoué aimer la douleur, et par conséquent les coups de père. Je retourne voir ma mère, elle me dit que le message est caché dans l’ancien abri, là où tout a commencé.

J’y vais, un cadenas bloque l’accès au sous-sol, je ne connais pas le code, les voix dans ma tête me demandent de faire parler mère. Je retourne la voir, je vois son image ensanglantée, est-ce ma folie ? Ou la mystérieuse « Elle » ?

Mère m’explique que l’heure me donnera le code, car elle ne peut pas le faire directement, sinon « Elle » la tuera. Je regarde l’horloge, note que l’aiguille ne montre que quatre chiffres, comme un code.

Je retourne dans l’ancien abri, je teste le code, cela fonctionne. Une pelle est là, je la prends, creuse et trouve un couteau, est-ce le fameux message ? Devrais-je mettre fin aux coups de mon père ?

Je retourne dans la chambre de mon père, je lui dis que dieu à un message pour lui, qu’il l’aime, que je ne lui en veux pas, mais que je n’ai plus de place dans mon cœur ou mon esprit pour lui, avant de délivrer le message.

Je viens de tuer mon père, je panique, je vois la maison en feu, son corps juste sous mes yeux, qu’ai-je fait ? Je quitte Masochisia.

Une nouvelle lettre est arrivée sur mon bureau, Hamilton me demande si je l’ai tué. Il sait que je n’ai pas de mots pour ce que je viens de faire, et le voilà à me demander si cela est facile à justifier. Il m’explique que cela doit être un sentiment génial d’avoir le pouvoir et la connaissance pour choisir qui doit vivre ou mourir.

Qu’ai-je fait ? Pourquoi l’ai-je fait ?

The Brother

Je suis devant le cadavre de père, il avait une sorte de poignée de porte dans sa poche. Je la place sur ce qui ressemble à une découpe dans le mur, et découvre un placard, rempli de poupées vaudoues accrochées au plafond. Grace est là, elle ne parle toujours pas, mais elle m’offre un revolver.

Je suis retourné voir Michael, il a changé, il m’explique que je dois désormais allez voir mon frère. Devrais-je le tuer à son tour ? Je ne l’espère pas…

Sur le chemin du retour, je rencontre Billy dans la forêt, un petit garçon qui m’a vu courir en hurlant lorsque j’ai vu la bête. Il dit que lui aussi il se sent seul, et que nous pouvons devenir amis. Serait-ce une porte de sortie ?

Je suis allez voir mon frère, nous avons parlé, je lui ai enlevé son masque, ses lèvres étaient détruites, mais je n’ai pas eu le temps de poser mes questions, il m’a sauté dessus et c’est enfui.

Mère m’attend devant la maison, elle me dit que j’ai détruit la famille, que son mari est mort, que son fils ainé est mort, et que j’ai envoyé son autre fils loin d’elle. Elle ne semble plus me considérer comme son propre fils, mais m » indique quand même où trouver mon frère, je dois suivre « la pluie ».

Je retourne dans la forêt, j’entends une crique au loin, je suis le chemin, j’entends la pluie, j’y vais, il y a un ancien entrepôt, dans lequel je ne peux entrer, et une église, drôle d’endroit pour quelqu’un qui aime la souffrance. Mon frère est à l’église, je l’écoute parler, la façon dont il a aimé se détruire la bouche, jusqu’à avoir des cicatrices.

Il va enfin répondre à mes questions, je l’interroge sur le fils ainé dont mère m’a parlé, dont père a aussi évoqué l’existence. Il ne connaît que son nom, « Albert » ! Je suis sous le choc. Je sors de l’église, je me calme à l’aide des aiguilles. Grace est là, elle me donne une sorte d’objet de torture, je lui propose de marcher avec moi.

Nous retournons là où Albert et Michael se tiennent. Je parle avec Albert, il me dit qu’il est mon frère, qu’il est mort, je ne comprends pas pourquoi je peux le voir, l’entendre, il me parle des voix dans ma tête, je suis effrayé, je m’en vais.

Un homme gris est là, il m’explique comment il a emmené un enfant dans l’ancien entrepôt près de l’église, comment il l’a découpé en six morceaux, et brûlé ses vêtements, je n’en peux plus, je veux qu’il arrête de parler après chacune de ses phrases.

Dois-je réellement continuer ?

The Innocent

J’ai parlé avec Michael, il me dit que je dois me rendre à un endroit abandonné, où le gardien m’attendrait. Je dois lui donner des outils. J’hésite, je ne sais pas quoi faire. Je m’en vais quand même chercher ces outils, l’endroit doit probablement être l’entrepôt près de l’église.

Je trouve un couteau et une hachette. Je vais à l’entrepôt, le gardien est là, je lui donne le couteau, la hachette, et l’objet de torture que Grave m’a donnée un peu plus tôt. Il me laisse entrer.

Billy est là, effrayé, tout autant que moi. Nous discutons, j’essaye de partir, je ne peux plus. Je l’emmène dans la chambre froide, je ne veux pas faire ça, mais je n’ai pas le choix, je ne peux plus changer mon destin. Je le découpe en six morceaux. Je suis effrayé, j’ai hésité, je ne voulais pas.

Je fais disparaitre ses vêtements, je suis tout à fait calme, je n’ai plus besoin de pilules.

The Mouth

Albert est arrivé à l’entrepôt, il me dit que ce n’est que le début, je ne veux pas. Les voix dans ma tête, elles me disent que les pilules ne sont plus utiles, que le fait que nous soyons les « Messagers » ne sert que d’excuses à obéir comme un petit chien à Michael. Je dois retourner le voir.

Michael a encore changé, il m’explique qu’il est la bouche de dieu. Je ne veux plus faire de mal, il détruit Grace sous mes yeux. Je décide de mettre un terme à tout cela, je ne veux plus tuer personne, je me tire une balle. On me parle, le jeu n’est plus, des phrases apparaissent sur mon bureau.

 » Il » sera là, à me regarder ; que suis-je censé penser ?

Une nouvelle lettre est arrivée sur mon bureau. C’est encore Hamilton, il me dit que j’ai réussi à jouer jusqu’où j’ai pu, si j’ai aimé son « jeu ». Il m’explique que ce n’est pas pour tout le monde, que je n’entendrais peut-être plus jamais parler de lui, ou qu’il fût toujours là, voir que j’aurais de ses nouvelles quand je m’y attendrais le mois. Quoi qu’il en soit, il sait maintenant que je sais de quoi il est capable, et il m’observe.

Suis-je devenu un meurtrier ? Qu’ai-je fait ? Était-ce qu’un simple jeu ? Hamilton m’a-t-il guidé au fil de l’histoire ? Ai-je simplement joué à Masochisia ?

FickTiff

FickTiff

Joueur depuis bien trop longtemps, amateur de fou rire et d'âneries en tout genre. Tweeteur fou. Stream de temps en à autres sur http://twitch.tv/netxstepfm.